Un territoire de compétences

André BRAHIC

André BRAHIC est professeur à l’Université Paris Diderot et au Commissariat à l’Énergie Atomique (C.E.A.) à Saclay. Après avoir étudié au début de sa carrière la perte de masse des supernovæ, des phénomènes de la physique du chaos ainsi que la dynamique et l’aplatissement des galaxies, il est devenu un spécialiste de planétologie. Il est maintenant l’un des spécialistes mondiaux de la dynamique et de l’évolution des anneaux planétaires ainsi que de la formation du système solaire et des systèmes planétaires. Il a découvert en 1984 les arcs de Neptune, ce qui a permis à la sonde Voyager de les photographier 5 ans plus tard lors du survol de la planète. Il les a baptisé : « Courage, Liberté, Égalité et Fraternité ».

Prolongeant l’œuvre de Maxwell et de Poincaré, il a proposé à la fin des années 1970 le premier modèle de dispersion des vitesses dans les anneaux de Saturne ouvrant la voie aux études sur les interactions entre les disques et les satellites. Il a été membre de l’équipe d’imagerie des sondes Voyager d’exploration des confins du système solaire entre 1979 et 1989.

Il est actuellement le membre français de l’équipe d’imagerie de la mission américano – européenne Cassini qui est en train d’explorer le monde de Saturne depuis 2004 et devrait continuer jusqu’en 2017. Il a été l’un des pionniers de la planétologie française en promouvant à partir de 1979 les missions spatiales vers les petits corps du système solaire et en fondant le Programme National de Planétologie. Il a été l’un des six membres du Comité International chargé de la définition du mot « planète », définition adoptée en août 2006 par l’Union Astronomique Internationale. Il a été président et membre de nombreux comités de la NASA, de l’Agence Spatiale Européenne, des Ministère de la Recherche et de l’Éducation et d’organismes consacrés à la recherche spatiale, la culture ou l’éducation. Il a en particulier présidé la Société des astronomes professionnels français (SF2A), la section « astronomie » du Comité National des Universités et la commission de l’Union Astronomique Internationale qui regroupe les 500 astronomes professionnels travaillant sur l’étude du système solaire. Il a été en 2005 l’un des fondateurs du laboratoire « A.I.M. (Astrophysique – Interactions Multi Échelles) », U.M.R. de l’Université Paris Diderot, du C.N.R.S. et du C.E.A. Il avait fondé en 1992 le laboratoire « EUROPA » à l’Observatoire de Meudon et en 1997 le laboratoire Gamma – Gravitation au C.E.A.

Il a publié près de 200 articles dans des revues spécialisées ainsi qu’une dizaine de livres. Il a obtenu plusieurs prix nationaux et internationaux tels le prix « Carl Sagan » de la Société Américaine d’Astronomie en 2000 et le prix Jean Perrin de la Société Française de Physique en 2006. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont notamment, chez Odile Jacob, « Enfants du Soleil, histoire de nos origines » (1999), « Lumières d’étoiles, les couleurs de l’invisible » (2008, en collaboration avec Isabelle Grenier), « De feu et de glace, planètes ardentes » (2010), « La Science, une ambition pour la France » (2012), « Les nouveaux Mondes » (2014) . Il est connu pour son enthousiasme et son action en faveur de la culture scientifique. Son nom a été donné à l’astéroïde 3488, situé à 2,8 unités astronomiques du Soleil et il est entré dans le Petit Larousse en 2009.

~